Akena et Fasthotel : le GIE AetF Hospitality, une première étape

Interview de Marc Plisson, DG Akena Hotels



A l'occasion du salon Franchise Expo, ils annonçaient en mars 2019 la création d'un GIE, A&F Hospitality, qui développe un nouveau projet d'hôtel hybride et modulable.


Rédigé par le Mardi 2 Avril 2019


Frederic Hourmant (Directeur Général SCNH) et Marc Plisson (Président des hôtels Akena) - crédit photo : A&F Hospitality
Frederic Hourmant (Directeur Général SCNH) et Marc Plisson (Président des hôtels Akena) - crédit photo : A&F Hospitality
C'est souvent comme ça que ça démarre. On se rapproche, et puis on s'installe. Après une première étape en 2018, Akena et Fasthotel passe la vitesse supérieure et décide de sceller leur union avec la création d'un Groupement d'intérêt économique (GIE) : A&F Hospitality.

Pour pérenniser le lien entre les deux entreprises, A&F Hospitality a imaginé un nouveau concept, sorte de trait d'union entre les deux identités : Akefast.


Un hôtel hybride, donc, où se retrouvent les standards des deux entités, mais aussi des projets de développement en cours de chaque côté.

Nous avons demandé à Marc Plisson, Directeur Général d'Akena Hotels de nous en dire plus sur l'évolution d'Akena, de Fasthotel, d'Akefast et des projets en cours.

Vous avez annoncé la création de A&F Hospitality, GIE réunissant Akena Hotels et Fasthotel, quel est son but ?

Marc Plisson :

Nous avons créé un GIE pour nous structurer. C'est une première étape, qui a pour objectif, à terme, de nous réunir en une seule entité mais ça n'est pas l'actualité du moment.

Pour l'instant, le GIE nous permet de réunir nos forces et nous développer de manière plus forte en faisant chacun ce que nous savons faire de mieux : Chez Akena, nous savons construire, chez Fasthotel, ils savent animer un réseau.

Le GIE est donc construit autour de ces savoir-faire :

Je m'occupe de la partie construction et suivi, de l'administratif et du marketing. Du côté de Fasthotel, Frédéric Hourmant gère la partie commercialisation et animation de réseau.

Avec ce GIE vous créez un premier projet hybride, Akefast ?

Marc Plisson :

Akefast n'est pas un nom définitif. C'est un nom de guerre si je puis dire, un premier projet, que nous avons lancé d'abord pour voir comment il serait reçu et accueilli, s'il avait de l'avenir.

A priori c'est le cas, on passe à l'étape 2 : une équipe marketing a été mise en place pour trouver le vrai nom.

Akefast c'est le projet hybride entre nos deux identités : il se positionne potentiellement de l'économique au 3*.

Et c'est quoi, concrètement ?

Marc Plisson :

C'est un projet modulable, un peu sur le principe des Mécanos : on assemble des morceaux en fonction de chacun.

Ce sont des blocs de béton armé, fabriqué en usine avec la même qualité de construction qu'un hôtel classique, qui s'assemblent ensuite sur place, avec un bardage en bois ou acier.

Le franchisé décide de l'aménagement de son hôtel. Il peut décider du nombre de chambres, qui sont toujours à l'étage et de ce qu'il souhaite faire avec les parties communes (salle de réunion ou non par exemple), qui sont toujours au rez-de-chaussée.

La seule limite c'est évidemment le Plan local d'urbanisme (PLU) et une validation de notre part, en fonction d'une étude de marché. Nous prenons 4,5% de royalties et suivons les résultats de cette étude de marché, comme les banques d'ailleurs.

Le prix peut commencer à environ 2 millions € en format 2* et en fonction du nombre de chambres.

Le bloc chambre tout compris revient à environ 42 000€ dans cette configuration 2* et peut aller jusqu'à 48 000€ pour une version un peu plus haut de gamme. Nous recommandons de ne pas descendre en dessous de 50 chambres, pour des questions de rentabilité.

Vous y mettrez vos standards environnementaux ?

Marc Plisson :

Bien sûr, il s'agit de l'ADN d'Akena. La société va dans ce sens, et le client le demande on ne veut pas se contenter de suivre, il faut être précurseur, c'est un devoir plus qu'une obligation.

On essaie un maximum de travailler en circuit court avec des fournisseurs qu'on connaît, pour certains depuis 20 ans. L'idée est d'évoluer ensemble vers une approche la plus responsable possible. Nos partenaires connaissent notre degré d'exigence, on se connaît ça va plus vite il y a une grande réactivité, et tout le monde nous suit dans cette démarche.

bornes de rechargement pour véhicules électriques - crédit photo : akena hotels
bornes de rechargement pour véhicules électriques - crédit photo : akena hotels
Notre ambition est de valoriser cet état d'esprit au travers du GIE pour les différentes entités que nous développons.

On ne prétend pas tout changer radicalement, ça passe par des petits gestes : le mobilier construit et assemblé en France, issus de forêts durables, du coton bio partout, on essaie de développer des buffets bios et nos commerciaux roulent tous en voitures hybrides.

Quels sont les projets de développement ?

Marc Plisson :

Nous sommes en cours de négociation pour l'implantation prochaine d'un premier Akefast à Bordeaux. D'autres devraient suivre assez rapidement.

Pour rester dans le raisonnable, nous voudrions en ouvrir entre 10 et 15 dans les 5 ans. Il faut se donner des ambitions réalistes mais évidemment ce chiffre est évolutif en fonction des possibilités qui s'offrent à nous.

Le projet Akefast peut aussi s'imaginer en format auberge de jeunesse. Nous en avons 2 en projet actuellement. Rien n'est encore fait nous en sommes encore à l'état de concept, nous verrons dans les 2 ou 3 ans mais a priori, ces 2 projets devraient voir le jour dans la région de Nantes et dans le Sud-Ouest.

Ce n'est pas notre cœur de métier, pour le moment on se contente de regarder et nous adapter au marché mais s'il y a de la demande et des opportunités de se développer, nous n'hésiteront pas.

Et ceux d'Akena et Fasthotel ?

Marc Plisson :

Le but du GIE est de pérenniser les deux marques, mais pas de les fondre, elles continuent d'exister.

Côté Fasthotel, il y a une petite montée en gamme en cours et une revalorisation des standards afin de pouvoir, justement, se standardiser plus clairement.

Côté Akena, dont je peux un peu plus parler, nous sommes aussi dans une démarche de montée en gamme avec l'acquisition d'un 4*.

Nous avons 3 projets en cours à La Chapelle St Luc (60 chambres), Rezé (80 chambres) et Molinges (39 chambres).
Crédit photo : Akena Hotels
Crédit photo : Akena Hotels

Lu 258 fois

Juliette PIC
Si mon cœur balance entre Paris et Marseille, j’ai posé mes valises au sein du groupe TourMaG... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique
< >

JOINT-VENTURE



  • Logo de TourMaG
  • Logo d'Hotel&Lodge

CONTACT



RECHERCHE