Eté 2018 : légère progression de la fréquentation pour l’hôtellerie

L’Ile-de-France caracole en tête



L’Insee publie une étude portant sur la fréquentation hôtelière pour l’été 2018. Résultats : si la hausse est modérée, elle est là et bien là. Le camping joue les boute-en-train et l’Ile-de-France affiche un dynamisme qui ne se dément pas.


Rédigé par Rédaction Hotel&lodgePRO le Vendredi 30 Novembre 2018


vincent desjardins : Pas de Calais Cap Blanc Nez
vincent desjardins : Pas de Calais Cap Blanc Nez
La croissance est légère, mais elle fait du bien…
D’après une étude publiée que l’Insee publiait cette semaine, l’été 2018 a été positif pour l’hébergement collectif : 311 millions de nuitées, soit une hausse de 1,3%.

Un chiffre qui vient s’ajouter à l’augmentation de 6,1% qu’a connu le secteur en 2017, et qui faisait suite à une année particulièrement basse, suite aux attentats de 2015 / 2016.

Les conditions météorologiques clémentes du début de saison ont sans doute aidé, et finalement, les fortes grèves du printemps ne semblent pas avoir eu autant d’impact que prévu. On note même une augmentation de la fréquentation en avril /mai (+3,1%).

Suit un très léger fléchissement en juin (-0,6%) et juillet (-05%) qu’on peut attribuer à l’arrivée tardive des vacances scolaires, à une météo plus mauvaise et à la Coupe du Monde.

Le tout sera ensuite compensé en août par une hausse de 1,7% et surtout, une arrière saison particulièrement productive, avec un nombre de nuitées qui augmente de 3,1% en septembre 2018

De manière générale, les littoraux dans leur ensemble sont en hausse de 1,1%. Là encore, l’augmentation est relative mais elle s’ajoute aux quasi 6% de l’année 2017 et marque un retour des touristes. Ce sont avant tout les non-résidents qui investissent les littoraux avec une hausse de 4,5%

Le camping porte la croissance

Le camping est globalement le mode d’hébergement préféré cet été avec +2% de nuitées, contre 0,5 % dans l’hôtellerie et même une légère baisse de fréquentation (-1%) pour les AHCT (Autres hébergements collectifs touristiques)

L’urbain garde son avance sur le rural. L’Ile-de-France est particulièrement dynamique avec 7,7% de fréquentation en plus (et 10% de hausse pour les non-résidents). A l’inverse, les territoires plus ruraux impriment une baisse de fréquentation, comme en Bourgogne-Franche-Comté (-1,4%)

Les massifs de haute-montagne, le nombre de nuitée cet été a baissé de 6,8% notamment suite à la désaffection des résidents.

On l’avait déjà entrevu juste après l’été, et c’est confirmé par l’étude : le nord s’impose face à un sud en baisse, notamment en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le nord, grand gagnant

La Normandie progresse de 5,3%, les Hauts-de-France de 4,9% et le Grand Est de 4.1%.

Dans la moitié nord de l’hexagone, on peut aussi noter un dynamise de la Bretagne et des Pays de la Loire avec 3% de nuitées de plus.

Le sud, de son côté, supporte une baisse globale, et seule la Corse tire son épingle du jeu.

-2,4% en Auvergne-Rhône-Alpes, -2% en PACA et -09% en Occitanie. C’est notamment la clientèle française qui porte cette baisse, comme on l’observe en Auvergne-Rhône-Alpes où ils sont 3,3% de moins cet été.

Lu 10 fois


Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

JOINT-VENTURE



  • Logo de TourMaG
  • Logo d'Hotel&Lodge

CONTACT



RECHERCHE