L’Afrique, terre d’opportunités pour le tourisme I. Quand les grands groupes investissent le business travel

Hilton, AccorHotels, Hyatt, Marriott, Radisson investissent l’Afrique Subsaharienne



Jeune, dynamique, encore relativement facile d’accès, l’Afrique attire. Les grands groupes hôteliers l’ont bien compris, et avancent leurs billes en misant sur le voyage d’affaires. L’Hospitality Report Africa comptaient plus de 360 projets de construction en 2017. Un vent nouveau souffle en Afrique.nés, au premier rang desquels les hôteliers, soient au rendez-vous.


Rédigé par le Lundi 19 Novembre 2018


L'Afrique, nouveau terrain de jeu des grands groupes hôteliers ? crédit photo : mohamed hassan - pixabay
L'Afrique, nouveau terrain de jeu des grands groupes hôteliers ? crédit photo : mohamed hassan - pixabay
Hilton, AccorHotels, Hyatt, Marriott, Radisson… Ils étaient tous à Nairobi où se tenait l’Africa Hotel Investment Forum début octobre 2018. Les grands groupes de l’hôtellerie lorgnent tous du côté du continent africain. Selon l’African Tourism Monitor, en 2018, les grands groupes hôteliers auraient un peu plus de 400 projets en cours ou en discussion.

AccorHotels (qui a racheté Mövenpick en septembre 2018) compte une centaine d’établissements sur le continent. Le groupe annonce « une année record » et promet l’ouverture du plus grand hôtel du Ghana en 2021 sous l’enseigne Ibis Style. D’autres annonces seraient à venir en Ouganda, Kenya, Ethiopie, Côte d’Ivoire, Nigéria et Sénégal. Le groupe a créé récemment un fonds d’investissement d’un milliard de dollars et qui, explique-t-il, « permettra d’atteindre un réseau de 250 hôtels d’ici 2025, composé d’hôtels déjà existants et de projets entièrement nouveaux »

Radisson (groupe HNA) possède déjà 90 hôtels, mais annonce la création de 10 autres.

Hilton veut doubler sa présence en Afrique d’ici 2023. Le groupe compte installer au moins 16 hôtels supplémentaires en Afrique subsaharienne, qui s’ajouteront aux 8 installés en 2018. Le groupe annonce investir 50 millions de dollars en 5 ans.

Même ambition chez Marriott, qui compte faire +50% en 5 ans, et passer de 86 à 200 établissements d’ici 2023, soit 12 000 emplois. L’argument fait mouche, sur un continent où l’âge médian était de 20 ans en 2012.

Hyatt surenchérit et souhaite aussi doubler sa présence, mais à échéance 2020. Plus facile que pour les concurrents puisque le groupe ne compte que 9 hôtels sur le continent.

Louvre Hotel fait du continent africain une priorité stratégique. Il compte actuellement 26 hôtels et près de 20 projets sont en cours.

Qu’est ce qui fait courir les grands groupes ?

Pour les acteurs du tourisme sur place, l’élément déterminant est simple : la présence de plus en plus marquée des investissements chinois sur le continent et notamment dans les infrastructures. De plus en plus, l’Afrique modernise ses routes et facilite l’offre touristique – et donc le besoin de logements.

Au Sénégal par exemple, les 260km de route entre Dakar et St Louis (à la frontière nord) se parcourent en 4h. Avec les nouveaux projets, le trajet pourrait être réduit de moitié d’ici quelques années.

L’aérien lui aussi se développe. Les compagnies ouvrent de nouvelles lignes et facilitent les déplacements. Ethiopian Airlines développe son réseau, de même que Rwanda Air sur les trajets inter-Afrique. Les besoins des aéroports, les nouvelles dessertes, de nouvelles routes… La Chine a bien compris l’importance du continent et le dynamisme des Africains fait le reste.

Bien plus jeune que la moyenne mondiale, la population africaine donne à voir un continent en pleine croissance face à une Europe vieillissante. Ce sont les nouvelles destinations où se positionner : pas encore d’overtourisme, des prix attractifs et une population dynamique qui en 2050 comptera plus de 2 milliards d’habitants, et autant de fournisseurs, salariés ou clients potentiels.

D’autres facteurs s’ajoutent à l’intérêt grandissant des géants de l’hébergement pour le continent. Une géopolitique un peu plus favorable qu’elle ne l’a été auparavant, et la volonté des politiques nationales et supranationales en Afrique de développer le libre-échange et le tourisme, qui a le double avantage de rapidement rapporter en termes de capital et d’image.

80% de voyageurs d’affaires

Pour les chaînes hôtelières, la clientèle est avant tout une clientèle affaires. Dynamique et jeune, le continent attire les businessmen du monde entier, mais pas seulement. Le libre-échange panafricain a le vent en poupe et avec le développement des lignes aériennes, les voyageurs d’affaires africains sont nombreux et ont besoin d’hébergement.

Les groupes d’hôtellerie de luxe l’ont bien compris et s’installe près des aéroports ou dans les centres-villes en développement. L’hôtellerie classique mise sur cette cible, mais elle n’est pas la seule.

Les appart’hotels aussi s’installent sur le continent. Ainsi, Julien Martinez, directeur du développement international du groupe français Appart’City révélait au magazine Jeune Afrique sa volonté de séduire les voyageurs d’affaires, qui « ne recherche pas le luxe mais un hébergement pratique et agréable, comme à la maison ». Marriott, Frasers, AccorHotels commencent à s’intéresser à ce marché.

Même constat pour Airbnb, qui est passé d’un peu plus de 6000 à 100 000 logements en Afrique en 4 ans et compte investir un million de dollars dans les deux ans à venir. La plateforme prend tellement d’importance que certaines associations hôtelières, comme en Afrique du Sud, commencent à demander aux autorités de réguler le marché – sans succès pour l’instant.

Lire le second volet de notre enquête : L’Afrique, terre d’opportunités pour le tourisme : II : Du club au lodge, le loisir s’installe en Afrique

Lu 158 fois

Juliette PIC
Si mon cœur balance entre Paris et Marseille, j’ai posé mes valises au sein du groupe TourMaG... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

JOINT-VENTURE



  • Logo de TourMaG
  • Logo d'Hotel&Lodge

CONTACT



RECHERCHE