Procédés Chénel : laissez parler les p’tits papiers

Fabrication de papier pour concepteurs inventifs



De l’événementiel au mobilier, on peut utiliser le papier pour créer des cloisons ou luminaires esthétiques. Pour passer de la théorie à la pratique, Procédés Chénel propose aux architectes d’intérieurs, décorateurs et designer des solutions de fabrication.


Rédigé par le Lundi 15 Avril 2019


Procédés Chénel travaille le papier auprès d'architectes d'intérieur - crédit photo : Procédés Chénel
Procédés Chénel travaille le papier auprès d'architectes d'intérieur - crédit photo : Procédés Chénel
Prenez une idée dans la tête d’un designer pour une installation éphémère. Ajoutez-y un matériau qui offre le champ des possibles sans avoir un prix exorbitant comme le papier.

Pour passer de l’un à l’autre, Procédés Chénel International (PCI) développe des solutions, possibilités de découpes et de couleurs pour diverses qualités de papiers.

Les papiers ne sont pas fabriqués par PCI, mais l’un des critères principaux est leur traitement non-feu, pour être utilisable dans les lieux publics. « Ils sont traités chimiquement, mais des progrès sont fait, il y a un classement drastique des produits néfastes pour l’environnement, les fabricants s’adaptent de plus en plus » explique Sophie Chénel, CEO de Procédés Chénel International (PCI).

Outre la cellulose, les papiers contiennent du polyester et de la fibre de verre, qui stabilise le papier. Moins extensible que le tissu, il se déforme moins, ne craint pas la chaleur et est hydrophobe.

« La boîte à outil des créateurs »

Si PCI s’adapte à toute sorte de clientèle ou de commande – même un bouquet de fleur en papier pour une mariée – la demande doit être faite par un designer ou du moins, quelqu’un qui sait exactement ce qu’il veut.

« Chacun son métier indique Sophie Chénel : le créatif créé, et nous lui donnons les moyens de mettre en œuvre son idée. Nous sommes sa boîte à outil : nous avons une palette large de possibilités, qui peuvent s’adapter aux envies de chacun ».

Et c’est bien ce qui est intéressant : à chaque nouvelle commande, une nouvelle découpe, une nouvelle idée à réaliser et un nouveau défi.

Parfois, PCI peut aussi intervenir en conseil ou bien apporter des inspirations, notamment grâce à sa banque d’image, son expérience du métier, ses palettes de couleurs.

Les clients de PCI sont des architectes, designers, décorateurs ou bureaux de style. Ils s’intéressent à la mise en scène et scénographie, ils gèrent parfois aussi des identités de marques ou la création de vitrine… « C’est large, nos clients sont tous ceux qui traitent directement avec un lieu à scénographier, nous, nous sommes à l’origine du cahier des charges pour la fabrication ».

123 ans de technicité

Luminaires, plafonds, cloisons ou kakémono, l’entreprise dispose de 500m2 de machines capables de découpes sur de larges formats… Et dans des matières de papiers variées.

« Nous avons une machine pour faire du nid d’abeille, ça n’est pas qu’une impression ça devient un matériau en soi, il peut servir à tout y compris du mobilier, créer une table… »

Tout est possible, d’autant que Procédé Chénel International a déjà 123 ans de technicité.

Né en 1896, l’entreprise familiale a connu des hauts et des bas. Sophie Chénel, arrivée en 1994, est la 4eme génération à s’investir dans PCI. « Au départ, l’ADN de l’entreprise, c’est l’installation d’exposition et de stands.

Mais dans les années 80, nous sommes passés de 400 à 4 personnes. Après un dépôt de bilan, nous avons revendu la société Chenel SA à GL events et avons continué de notre coté à développer la petite entité dédiée à l’export, Procédés Chénel.

Nous avons du réinventé notre modèle et repartir de zéro en gardant les mêmes fondamentaux : s’adresser aux professionnels de la décoration et aux architectes »
raconte-telle.

Aujourd’hui, tout va bien pour PCI qui est labellisée EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant), ce qui valorise son savoir-faire, et faisait un chiffre d’affaire de 3,3 millions € en 2018], pour des commandes allant « de150 000 à … 3.,60€ ! ».

L’entreprise embauche régulièrement et s’il y a beaucoup de turnover, c’est que PCI travaille essentiellement avec des étudiants en design, ou de jeunes architectes qui démarrent. « Ils restent avec nous tant qu’ils n’ont pas beaucoup de commandes, ça leur permet de vivre et surtout ça leur apporte une connaissance technique très utile pour la suite de leur carrière insiste Sophie Chénel. De notre côté, nous avons des experts et des personnes hyperformées : ça n’est pas évident de recruter des gens qui savent plier du papier, il n’y a pas de formation spécifique, là, nous avons un turnover qualitatif ».

Il y a aussi une artiste plasticienne japonaise, un électricien, un informaticien… Des personnes polyvalentes qui apportent à Procédés Chénel International toute la diversité qu’il faut pour créer une entreprise qui se plie en 4 pour ses clients !

PCI organise son salon professionnel !

Les 5 et 6 juin 2019, Procédés Chénel International organise son salon professionnel dédié à la prescription.

Sous la verrière des locaux de l'entreprise et dans un bel espace de 600m2, un petit salon d'une quinzaine d'exposant viendra présenter ses produits.

Le Salon sera aussi l'occasion de décerner le prix du concours School Paper, qui permet à un binôme d'étudiants d'écoles de design et d'architecture de s'exprimer avec les chutes de papier de PCI autour du thème "lumière de papier".

Y seront exposants notamment
Dacryl les papiers Peints de Ninon les jardins de Gally , les miroirs like mirror, les revêtement de sol Interface , l'agence i wood love et bien d'autres

Lu 441 fois

Juliette PIC
Si mon cœur balance entre Paris et Marseille, j’ai posé mes valises au sein du groupe TourMaG... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique
< >

JOINT-VENTURE



  • Logo de TourMaG
  • Logo d'Hotel&Lodge

CONTACT



RECHERCHE